A l’Innovation Connecting Show, l’Internet des objets déploie ses démonstrateurs technologiques

ICS

Alors qu’Arnaud Montebourg, Ministre de l’Economie et du Redressement productif, vient de valider la feuille de route spécifique à l’Internet des objets, prévoyant notamment un investissement de 15 millions d’euros pour la création d’une cité de l’objet connecté, l’Innovation Connecting Show prend de l’avance et déploie ses démonstrateurs technologiques du 16 au 18 septembre prochains au Parc des Expositions de Toulouse.

L’Internet des objets figurera ainsi parmi les thématiques clés du salon international de l’Innovation transversale, qui bénéficie du haut patronage du président de la République, François Hollande. Parmi les clusters et start-up de la filière ayant répondu présents, Cap Digital, Digital Place ou encore Beenetic, donneront à découvrir leurs plus récentes innovations. Parier sur les synergies entre technologies et usages : un défi que relèveront également les nombreux conférenciers internationaux, issus du monde industriel et scientifique, invités à l’Innovation Connecting Show. Véritables spécialistes transversaux de l’innovation, ils développeront des pistes de réflexions sur les perspectives de l’Internet des objets d’ici à 2020.

L’Internet des objets, ce sont tous ces objets connectés à Internet ou inter-connectés entre eux.

Véritable extension de l’Internet actuel, mais doté de fonctionnalités spécifiques dédiées aux objets, il constitue une technologie révolutionnaire et à fort potentiel de croissance, comme l’attestent les centaines de milliers d’objets connectés aujourd’hui. Un constat que dresse aujourd’hui Joseph Sifakis, spécialiste de l’Internet des objets, professeur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne et fondateur du laboratoire VERIMAG basé à Grenoble. « Contrôler les ressources naturelles via la surveillance de l’eau, afin d’éviter le gaspillage, ou encore via la surveillance des forêts pour prévenir les départs de feu, consulter à distance dans le domaine de la médecine grâce à des réseaux intelligents : on voit bien à quel point les usages de l’Internet des objets sont vastes et diversifiés. Dans un futur très proche, les objets pourront communiquer entre eux et échanger des commandes. Le rêve, c’est aujourd’hui d’intégrer tous ces services à travers une infrastructure appropriée ».

L’Internet des objets : de nouveaux relais de croissance d’ici à 2020 que
reflètent les démonstrateurs technologiques exposés à ICS Si l’utilisateur moyen disposait d’au moins deux objets connectés à internet en 2012, ce chiffre serait en passe d’atteindre sept objets connectés en 2015. A cette date, et selon les estimations de la Commission européenne, la planète comptera 25 milliards de dispositifs connectés, un chiffre susceptible de grimper à 50 milliards en 2020. Un développement exponentiel qui pousse très loin le potentiel de l’Internet des objets et qui est à l’origine de nouveaux relais de croissance : émergence de nouvelles technologies Machine-to-Machine, nouvelles applications dans la connexion Internet d’objets à personnes, marché du traitement des données ou Big Data, sécurisation des données et des identités… D’ici à 2020, l’Internet des objets représentera un marché de 8,9 milliers de milliards de dollars, selon l’analyse prospective du cabinet de conseil et de recherche en intelligence économique IDC.

Les démonstrateurs technologiques exposés à l’Innovation Connecting Show reflèteront en tout état de cause la diversité de ces perspectives de développement. Aux côtés des clusters Cap Digital et Digital Place, la start-up Beenetic, créée en 2010 et spécialisée dans l’étude et la conception de procédés électroniques et de logiciels embarqués et applicatifs, exposera notamment des dispositifs « Machine-to-Machine ». La particularité de ses innovations réside notamment dans la grande variété de leurs applications. « Notre technologie s’applique en effet à de nombreux marchés et secteurs d’activité, comme l’énergie, le solaire, le milieu urbain ou encore la santé ou le sport, explique Laurent Marchadier, président de la start-up. Nous travaillons par exemple au développement de capteurs physiques, connectés à un réseau sans-fil, destinés à contrôler la fermentation des vins. Dans un autre ordre d’idée, nous sommes également à l’origine d’un prototype de système de contrôle des ports de plaisance ». Son principe : suivre en temps réel les mouvements des bateaux en détectant, par exemple, les places libres, et créer une cartographie du remplissage des ports. Si l’Internet des Objets souffre aujourd’hui d’une image de marque fragile, teintée de crainte, Laurent Marchadier plaide pour une sensibilisation à ses nombreux usages dans la vie quotidienne : « Comme l’ordinateur ou le téléphone portable, l’avènement de l’Internet des objets est inéluctable, car il a pour but de rendre l’environnement humain plus pratique, plus confortable et plus agréable. C’est ce que nous allons montrer à ICS à travers nos démonstrateurs».

Défendre l’avènement de la filière de l’Internet des objets, faire de la France un véritable « prescripteur et développeur » de solutions innovantes adaptées aux nouveaux besoins des populations : un objectif clair avancé par Laurent Marchadier et que partage par Benoît David, chargé de projet chez Digital Place, cluster d’entreprises numériques. Sur un village numérique de 150 mètres carrés, le cluster abritera 13 entreprises et start-up innovantes. « L’ICS est une bonne opportunité pour elles de se faire connaître, de développer des relations commerciales et de faire du business au niveau national et international avec de nouveaux secteurs d’activité », conclut Benoît David.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s